…un peu de peau…


Ernst Haas, Dan Budnick

Ernst Haas, Dan Budnick

parce qu’il y a des jours où l’on se surprend à somnoler, une envie comme ça l’air de rien, d’écouter le temps passer, dans sa structure même, ses divisions, cellules et petits gestes répétés. Une frappe, un pas, un regard, un geste. Et puis recommencer. Chacun côte à côte, on ferait même un pas de côté. Frôler, pulser, caresser, la peau.

Et puis rebondir. Tenir.

A un moment même, on se retrouverait.

Publicités
Cet article a été publié dans Alfée. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s