…un peu de demain…


.
ce matin, dimanche matin, dans la maison d’alfée…

une maison silencieuse n’est pas une maison vide
j’aurai appris ça

les lien se tissent au grenier, à la cave, sous la paille des chaises
les fondations communiquent

et je ne te parle même pas de l’invisible ! des tunnels de verre…
(ah ce n’est pas l’expression exacte..? ah, et tu sais à quel point je m’en contrefous…? lol, mon pote !)

.
il est des regards échangés qui en disent aussi long que tous les mots incontrôlés

mots incontrôlés ?
mots incontrôlés, déversés…
rien de péjoratif, ici : d’un vase à l’autre, on converse, on conserve, on partage, même l’eau croupie et l’on se soulage les uns les autres, les uns des autres…

incontrôlés, ne sont-ils pas plus vrais, plus authentiques ?
que faut-il toucher pour atteindre l’authentique ?

alors, je laisse aller, déverse, dis, échange, partage… même l’eau croupie, l’eau du puits commun et reçois…

d’éclaboussures en gerbes

.
oui, écoute, écoute et tais-toi, laisse les silences, ils sont importants, ne remplis rien de l’inutile, mieux vaut l’apparence du vide des instants lourds, pesants, signifiants…

jusqu’au moment où se pose – toujours  – la question de l’imposture, mais ce qui est fait est fait
ce qui est dit est dit, fabriqué fabriqué et ça n’est pas l’artificiel
c’est là et ça t’étonne peut-être, mais c’est là
et tu en es l’origine…

ce n’est pas de l’imposture…
et tu sors bienveillant-e et généreux-se, presque et même malgré toi

même dans la pose, si tu fabriques du beau, tu fabriques…

.
notre maison tisse, se tisse aussi de l’intérieur, cherche ses voies, ses pièces, ses dépendances, son jardin, ses indépendances

elle accueille, elle s’invite, elle pleure et se réjouit et fabrique, même l’invisible

.
il a confié ces lignes aussi :

j’apprends tout des autres, vous êtes mon intelligence, toute mon intelligence, ma compréhension du monde, mes évolutions, chacun amène une pierre qui fait mon chemin, sa pierre qui fait nos chemins, qui se croisent et tissent…
sa pierre, son caillou… dans la poche, au haut de la falaise…

le plus noir que j’ai noirci, je l’ai trouvé au fond de moi
le plus lumineux venait de vous

ça a toujours été…

une maison silencieuse n’est pas une maison vide
j’aurai appris ça

les lien se tissent au grenier, à la cave, sous la paille des chaises
les fondations communiquent

.
et la nuit, le ciel est bienveillant, et reconstruit, tout au long de nos rêves
rééquilibre ce qui fut instable à nos dépens

la nuit, c’est le temps, qui travaille pour nous
si nous lui faisons confiance…

nous nous croisons, poursuivons, nouons, lançant plus loin la trame, le tissage

qu’un repose et cent se lèvent…

1+1+1+…

« entends-tu la vaste polaire
sur la plaine,
ami-e… ? » E.5131
en écoute, là…

.
(à Sigolène, à toutes celles, tous ceux qui nous accompagnent…
ou vont, ou viennent, sont en chemin, de là, de là, de là…
1+1+1+…)

Hum Toks / E.5131 / Eric SABA

///

2016_02_15_maison_silencieuse1

« maison silencieuse 1 » ©E.5131

Publicités

A propos Hum Toks

Hum Toks, E.5131, Bah ça alors©, Salut les Parano(e)s !, etc.
Cet article, publié dans A.mi(e)s, Alfée, Le Jour Dénudé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour …un peu de demain…

  1. Ping : /// 358. …en attendant demain… | Hum Toks, E.5131 and Co / ©E.5131 (txt/img)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s